Langue des Signes Française

La Langue des Signes Française (LSF) est la langue naturelle des personnes Sourdes de France.

C’est une langue à part entière, visuelle et gestuelle, qui s’exprime uniquement avec les mouvements du corps et les expressions du visage. Il n’y a aucune utilisation de la voix et de l’audition : les entendants doivent changer complètement de mode de communication.

« La surdité est un handicap de communication, ce qui en fait un handicap partagé »

Se sensibiliser à la surdité, se familiariser avec la communication visuelle et acquérir les bases de la langue des signes sont des clés primordiales pour permettre à tous de participer à l’intégration des personnes sourdes en facilitant la communication avec elles.

La langue des signes permet également aux tout-petits de communiquer avant l’acquisition de la parole, et aux personnes ayant des difficultés à communiquer de mieux s’exprimer, comme les dyslexiques, les autistes, les devenus-muets…

Pour finir, la connaissance de la LSF est un atout professionnel non négligeable dans le contexte actuel. En effet depuis 2005, l’accessibilité des lieux publics aux personnes handicapées est devenue une préoccupation nationale.

Zoom

On ne dit pas « langage » des signes, mais « langue », car le langage est lié au processus d’acquisition des connaissances, alors que la langue comprend un vocabulaire et une syntaxe -que la langue des signes possède- propre à une communauté.

C’est une langue perçue en 3D, constituée de 5 paramètres : la position des doigts de la main, l’orientation de la main, les mouvements de la main, son emplacement, et les expressions du visage.

Chaque signe représente un concept. Il est parfois difficile de traduire un signe en un mot. Ceci se remarque dans toutes les langues d’ailleurs, et dans le sens inverse également. En effet, traduire chaque mot français par un équivalent -si on en trouve un exact- ne donnera pas une phrase correcte en LSF, pas plus qu’en anglais ou en allemand.

Ainsi, des phrases entières du français peuvent être traduites en un seul signe.

Son origine remonte à très longtemps

Un des premiers documents écrits relatant une langue des signes est Cratyle de Platon au Ve siècle avant Jésus-Christ, où Socrate dit :

« Si nous étions privés de langue et de voix, et que nous voulussions nous désigner mutuellement les choses, ne chercherions-nous pas à nous faire comprendre, comme les muets, au moyen des signes de la main, de la tête et de tout le corps ? »

En France, à la fin du XVIIIe siècle, l’abbé de l’Epée crée la première école gratuite pour lesarbre sourds, à Paris. Les premiers cours gestuels y sont dispensés, permettant aux élèves de développer un langage commun. Son initiative connaît un retentissement important et la méthode se répand en Europe.

Aujourd’hui, chaque pays possède sa propre langue des signes. Il n’existe donc pas une seule et unique langue des signes dans le monde entier, mais la pratique (la création spontanée d’un langage gestuel pour pallier l’impossibilité de prendre la parole) frappe par son universalité.

.